SMHI Formation sur Changements Climatiques en Afrique de l'Ouest 2010-2011

Submitted by Linus Dagerskog | published 21st Nov 2011 | last updated 26th Jan 2012
Please note: content is older than 5 years

MENA region

Introduction

2010-2011 une formation international sur les changements climatiques a été organisé par le SMHI/SWECO/SEI. La formation a rassemblé 27 particpiants venant de 7 pays en Afrique de l'Ouest (Sénégal, Mali, Niger, Burkina Faso, Benin, Togo et Côte d'Ivoire). Les participants ont passé une semaine à Ouagadougou suivi par trois semaines en Suède avant de mettre en oeuvre un projet personnel. La formation s'est terminé avec une semaine à Bamako pour la restitution des projets et échanges finaux.

Cet article regroupe les rapports de projet des participants ainsi que les liens et documents pertinents aux changements climatiques des différents pays representés dans la formation. Les auteurs peuvent être contacté de la liste à droite.


Benin

Le  Bénin est un pays côtier de l’Afrique de l’0uest, d’une superficie de 114 763 km2 et d’une population d’environ 8 millions. Il est limité au Nord par le Burkina-Faso et le Niger, au sud par l’océan Atlantique  à l’est par le Nigéria et à l’ouest par le Togo. Le Bénin n’est pas un pays émetteur de gaz à effet de serre ; mais comme tout autre pays, subit  les effets néfastes des Changements Climatiques (inondation, de sécheresse et élévation du niveau de la mer selon les différentes régions du pays). Le Bénin, conscient des conséquences négatives des changements climatiques, n’est pas resté en marge des décisions des Nations Unies sur les Changements Climatiques. Il a élaboré sa Communication National Initiale (CNI), un document sur la Stratégie Nationale de mise en œuvre de la convention et sa Deuxième Communication Nationale

PANA Benin

Communication Nationale Initiale du Bénin sur les Changements Climatiques

Identification et classification des espèces utilisées en agroforesterie ayant un potentiel élevé en séquestration de carbone et appropriés aux différents sols du Bénin (Auteur: Eunice DOSSA)

Ce rapport a fait le point des espèces retrouvées dans les différents systèmes agroforestiers du Bénin, une description de l’importance socio économique et dans la séquestration de carbone de chacune des espèces et fait ensuite une classification de ces espèces par type de sols selon leur écologie.

Impacts du Changement Climatique sur l’approvisionnement en eau potable des populations: Cas de la Commune de Kpomassè en République du Bénin (Angelo F. KPANOU)

La présente étude fait l’état des lieux de l'approvisionnement en eau potable dans la Commune de Kpomassè car le suivi de l’évolution quantitative de la ressource, qui ici est beaucoup plus souterraine, ne se fait pas. Les résultats des recherches montrent que le niveau de la ressource a évolué dans les ouvrages d’eau, malgré le fait que la démographie a évolué. Le problème d’inexistence  de données sur l’évolution quantitative et qualitative de la ressource au niveau des structures étatiques a rendu très difficile les travaux de collecte de données.

Etude des stratégies locales d´adaptation aux changements climatiques : cas des périmètres rizicoles de Glazoué au centre du Bénin (Auteur: Saturnin AZONKPIN)

Glazoué est l’une des 77 communes du Bénin. Il fait parti des territoires ruraux, situé au cœur du département des collines au centre du pays. L’agriculture est la principale source de revenu pour la majeure partie de sa population rurale.

Le riz fait parti des principales cultures de cette commune. Mais les producteurs sont confrontés à des rendements faibles dus principalement aux aléas climatiques à travers l’apparition des phénomènes climatiques extrêmes comme la sécheresse, l’inondation et la verse.

C’est dans ce contexte que le présent travail intitulé ‘’Etude des stratégies locales d´adaptation aux changements climatiques : cas des périmètres rizicoles de Glazoué au centre du Bénin’’ a été initié.

Il vise d’abord à analyser le climat et la production de riz à Glazoué. Ensuite, à travers une enquête la présente étude entend identifier les risques climatiques que vivent les riziculteurs de même que les stratégies d’adaptation qu’ils développent. Enfin ce travail tente de proposer de meilleures stratégies d’adaptation aux riziculteurs du Centre du Bénin.

Burkina Faso

Enclavé au centre de l’Afrique occidentale, le Burkina Faso s’étend sur 625 km du nord au sud et sur 850 km d’est en ouest et couvre une superficie de 274 000 km². Au cours des deux dernières décennies, le Burkina Faso a beaucoup souffert des effets adverses du climat. Les plus importants parmi ces chocs climatiques sont les sécheresses dues à l’insuffisance pluviométrique et sa répartition inégale, les inondations provenant des fortes pluies exceptionnelles, les vagues de chaleur et les nappes de poussières intenses. Il est probable que la persistance des changements climatiques induira une augmentation de la fréquence et de l’ampleur des phénomènes climatiques extrêmes ; leur répercussion en terme d’impacts sera préjudiciable à certains secteurs et aux couches socio-professionnelles aux moyens limités. Le pays étant potentiellement vulnérable aux chocs climatiques projetés, une préparation pour y faire face s’impose naturellement (PANA, 2007)

PANA Burkina Faso

Impact des changements climatiques sur les cultures maraîcheres au nordu du Burkina Faso : Cas de Ouhigouya (Auteur: Siegnounou BOGNINI)

La production maraîchère à Ouahigouya dans la région du nord au Burkina Faso demeure de nos jours une source incontournable de revenus pour les paysans et permet de faire face à la problématique de l’insécurité alimentaire qui est récurrente dans cette zone. Cependant, les perturbations climatiques en cours et celles du futur risquent d’être un frein au développement de ces cultures dans une zone où les conditions agro-climatiques sont déjà défavorables. Pour faire face aux perturbations climatiques, les producteurs maraîchers développent au niveau local des stratégies d’adaptation qui visent pour la plupart, le maintien de l’humidité du sol pendant la saison sèche.

L’impact du changement climatique sur les eaux de surface dans le bassin du Niger au Burkina Faso (Auteur: Hazara Konaté OUEDRAOGO)

Le réchauffement de la planète est sans équivoque et est  dû aux activités humaines par des émissions de gaz à effet de serre. Ce réchauffement à des effets négatifs sur le climat qui induira  directement sur aux changements climatiques. L’impact de ces changements climatiques a des conséquences néfastes sur la santé, l’agriculture et évidemment les ressources en eau.

L’étude de l’impact du changement climatique sur les eaux de surface dans le bassin du Niger au Burkina- Faso  permettra donc de résoudre un certain nombre de problèmes  par l’élaboration des méthodes d’adaptions.

Engager les communautés locales à se préparer à vivre avec les changements climatiques: cas de l'incinération des sachets plastiques dans la ville de Dédougou (Guy Noel OUEDRAOGO)

En Afrique, la prolifération des sacs plastique est l'une des conséquences les plus visibles du non-traitement des déchets. Notamment parce qu'un sac plastique mettrait entre un et quatre siècles à disparaître du paysage

Les emballages en plastique, en particulier en polyéthylène, faciles à fabriquer, sont les plus utilisés dans la ville de Dédougou en raison de leur coût peu élevé. Ils permettent de conditionner tous les types de produits liquides, pâteux ou secs. Ils se présentent sous forme de sachets.

Ces emballages après utilisation sont incinérés avec les déchets et sont à l’origine d’une concentration des émissions de polluants atmosphériques.

Approche d’intégration de l’adaptation aux changements climatiques dans les plans et projets locaux de développement : cas des plans communaux de développement au Burkina Faso (Auteur: Souleyman OUEDRAOGO)

Avec la commercialisation intégrale du territoire, le développement doit être  pensé et géré à un niveau plus bas, la commune. Les communes ont déjà élaboré leur Plans de Développement qui sont tous basés sur les potentialités locales qui dépendent largement des ressources naturelles très sensibles aux variabilités et aux changements climatiques. Pourtant les plans intègrent très peu les mesures d’adaptation aux phénomènes climatiques de plus en plus fréquent avec des conséquences très graves qui peuvent anéantir tous les efforts de développement.. L’objectif principal de ce travail est d’analyser et de proposer une démarche pour une prise en compte des actions liées à l’atténuation et à l’adaptation au changement climatique dans la planification locale.

Gestion durable à petite échelle des ressources en eau pour l’atténuation des impacts des changements climatiques : Capitalisation des technologies d’HAEP divulguées  par le CREPA (Auteur: Félicité CHABI-GONNI EP. VODOUNHESSI)

Le projet de travail individuel (PTI) a porté sur la gestion des ressources en eau à petite échelle avec un accent sur les technologies vulgarisées par le Centre Africain de l’Eau Potable et l’Assainissement.

Un état des lieux succinct des différents types de technologies d’hygiène, d’eau et d’assainissement développés par le CREPA et une analyse et une évaluation ont été faite pour faire ressortir leurs effets éventuels d’atténuation. C’est ainsi que l’on peut dire que les ouvrages d’eau tels que les impluviums permettent non seulement de stocker de l’eau de pluie à l’échelle d’un ménage, d’une école, d’une petite communauté, etc. mais aussi de s’approvisionner en saison sèche ou en cas de démarrage tardif de la saison des pluies. Un gain financier est aussi observé au bout de 8, voire 5 années car il n’y a plus de factures d’eau à payer. Aussi, les latrines d’assainissement écologique permettent l’assainissement des excrétas et la réutilisation de ces excrétas en agriculture, ce qui évite l’utilisation de l’engrais industriel, cause souvent de conséquences fâcheuses sur les sols, la ressource en eau superficielle, la nappe phréatique, voire les plants eux-mêmes.

Le rapport a permis de faire ressortir la possibilité aux communautés pauvres africaines de faire des petites actions qui ne nécessitent pas de gros moyens mais qui, permettent déjà d’anticiper certaines impacts, qui cumulés aideront vraiment à atténuer les effets néfastes du changement climatique dans nos communautés africaines défavorisées.

Contribution à la promotion des clubs en Education Environnementale « EE » En milieu scolaire dans la région des Hauts Bassins (Auteur: Aminata MILLOGO)

Le phénomène de la pollution devient de plus en plus important dans les pays en développement. Devant la menace que fait peser ce phénomène sur la qualité de vie des êtres vivants, des mesures énergiques sont à prendre pour parer aux éventuels problèmes environnementaux d’où la sensibilisation de la tranche jeune à travers la promotion de  l’éducation environnementale en milieu scolaire.

La sécurité alimentaire dans la région du Centre Ouest du Burkina Faso dans le contexte de Changement Climatique : quelles stratégies d’adaptation pour  la production agricole? (Souka Francis YAMEOGO)

Depuis le début des années 1970, le plateau central du Burkina Faso traverse une crise alimentaire du fait des caprices pluviométriques, de la dégradation des ressources naturelles et de la faible productivité des systèmes de production conséquences directes des changements climatiques. Les travaux réalisés dans la province du Sanguié ont permis de comprendre qu’en période de mauvaise pluviométrie comme l’année 2011, les bonnes pratiques agricoles permettent aux producteurs de résister aux choques climatiques.

Côte d'Ivoire

La ratification de la Convention Cadre sur le changement climatique le 14 novembre 1994 par la Côte d’Ivoire justifie  l’engagement pris par le pays à participer de manière significative à la lutte contre les changements climatiques. Cet engagement s’est manifesté par l’élaboration du Plan National d’Action Environnementale (PNAE) et la mise en place de l'Agence Nationale de l'Environnement (ANDE) pour le suivi de ce plan d'action et la réalisation de projets relatifs  aux changements climatiques.

Amendement des sols de Côte d’Ivoire par des produits coquillers comme mesure d’adaptation aux effets du changement climatique (Auteur: Koffi Patrice KOUADIO)

Le changement climatique accentue la vulnérabilité à la dégradation des sols de Côte d’Ivoire.  Les agriculteurs ivoiriens connaissent des difficultés pour protéger les actifs naturels et opérer des changements dans leurs systèmes de production. Les stratégies d’adaptation utilisant les produits coquillers et pratiques de gestion durable des sols peuvent permettre aux agriculteurs de devenir plus résistants au changement climatique en accroissant la production alimentaire et en conservant durablement les sols. 

Etudes de l'impact des changements climatiques sur les ressources en eau: analyse du risque d'innondation dans le département de Sinfa (Auteur: Hermann NGUESSAN BI VAMI)

Conscientes de la problématique du changement climatique à la base de toutes les catastrophes naturelles, les autorités ivoiriennes ont décidé de s’inscrire résolument dans un cadre d’action pour la recherche des stratégies d’atténuation et d'adaptation. Ainsi l’un  des objectifs  des Programmes d’Actions de Réduction des Risques de Catastrophes (PARRC) mis en place dans le cadre du Plan National d’Action Environnementale (PNAE) est d’évaluer le risque d’occurrence des catastrophes naturelles sur toute l’étendue du territoire Ivoirien. C’est dans ce cadre que s’inscrit le présent  projet qui a pour objectif d’évaluer le risque d’inondation dans le département de Sinfra qui est une localité située au Centre-Ouest de la Côte d’Ivoire. 

Mali

Le Mali pays sahélien continental situé en Afrique de l’Ouest a une économie basée essentiellement sur l’agriculture l’élevage et la pêche. Par rapport aux effets des changements climatiques le pays est exposé aux vulnérabilités suivantes ; la sécheresse, les inondations, les vents violents et l’ensablement. Le plan national d’adaptation aux  changements climatiques constitue le cadre de référence pour faire face aux aléas. 

www.changementsclimatiques-mali.org

Protection Biologique des Berges du Fleuve Niger (Auteur: Abdoulaye Bine GUINDO)

Le Mali, pays traversé par le fleuve Niger sur plus de 1700km, connait le phénomène de dégradation des berges. Ce phénomène contribue à la perte de la biodiversité et expose les populations chaque année sont victimes de dégâts de l’inondation. Pour face à ce problème, la protection biologique des berges du fleuve Niger par le Système vétiver a été mis en œuvre dans certains villages et des résultats ont été obtenus.

Vulnerabilité du delta intérieur du Niger face au changement climatique  (Auteur: Idrissa MAIGA)

Ce rapport décrit les résultats du projet de travail individuel sur le thème « Vulnérabilité du Delta Intérieur du Niger Face aux Changements Climatiques », conduit dans le cadre du programme international de la formation avancée sur les changements climatiques, l’atténuation et l’adaptation organisé par SMHI sous financement de l’ASDI. Le Delta Intérieur du Niger (DIN) est une zone humide d’importance internationale, dont l’ensemble est classé « Site Ramsar » depuis 2004.

Le déficit pluviométrique et la pollution sont les risques climatiques les plus fréquents dans la zones, suivent ensuite la sécheresse, l’ensablement et l’érosion hydrique et éolienne. Le risque climatique le moins important est la variation de température.

Dans le Delta Intérieur du Niger, l’agriculture est le secteur le plus exposé avant l’habitat et les secteurs de l’élévage, de la pêche, des ressources en eau, de la forêt et de la faune. Les secteurs les moins exposés aux changements climatiques sont ceux de l’éducation de l’industrie et du transport. Aussi, le déficit pluviométrique et la pollution sont les risques qui ont le plus d’effets sur les secteurs de production de cette zone.

De l’analyse des résultats, il apparait que les changements climatiques sont une réalité dans la région de Mopti et plus précisément dans le Delta Intérieur du Niger pour la période de 1950 à nos jours et ces changements ont des répercutions sur les différents secteurs de la vie économique de la zone.

Projet d'Appui aux Efforts d'Adaptation des Systèmes de Production Vulnérables aux Effets des Changements Climatiques dans la région de Ségou, Mali (Auteur: Halima DIASSANA)

Le MALI est un pays continental à vocation agro sylvo pastorale. La diversification et l’intégration des systèmes de productions, l’adaptation des politiques aux contextes actuels, l’amélioration des niveaux de productions dans  tous les secteurs, la formation, l’information, le plaidoyer, l’initiation des femmes et des jeunes à des activités génératrices de revenus constituent de véritables potentialités de développement (cependant)

Les effets des changements climatiques sont aujourd’hui une menace réelle pour la production sylvopastorale du Mali: mauvaise pluviométrie, déforestation, inondation, perturbation des cycles des saisons.

Pour apporter une réponse locale à cette problématique AMAPROS s’est investi en initiant le Projet  d’appui aux efforts d’adaptation des systèmes de production vulnérables aux effets des changements climatiques (AEA-SPCC) dans 10 villages dans la région de Ségou

Problématique de l’approvisionnement en eau potable en zone aride dans le contexte de changements climatiques : cas de la ville de Kidal au Mali (Auteur: Aly Badara PLEAH)

Kidal est alimenté à partir d’aquifères superficiels des alluvions et altérations /fractures du socle cristallin. Les ressources en eau souterraines de la zone sont menacées en termes de pollution (en cas de phénomènes extrêmes genre inondations) et en termes d’épuisement (cas de sécheresses prolongées). Les mesures d’adaptation préconisées dans ce cadre sont orientées vers le captage des aquifères profonds (au-delà de 300m de profondeur) du bassin sédimentaire des Iullemeden, sous bassin du Tamesna avec des forages à gros débits.

Contribution à la lutte contre les effets néfastes des changements climiatiques à travers la gestion durable des terres et la promotion de la filière gomme arabique (Auteur: Diarra Tata TOURE)

Le présent projet est une réponse d’adaptation face aux effets néfastes des changements climatiques. Sa mise en œuvre s’inscrit dans le cadre des mesures d’adaptations prévues dans le Programme d’Action National d’Adaptation (PANA). A travers ce projet, il s’agira de minimiser les impacts des changements climatiques d’une part et de réduire l’incidence de la grande pauvreté de la zone sur les populations vulnérables dans la commune rurale du Kareri à travers la Gestion Durable des Terres et la promotion de la Filière Gomme Arabique.

Moussa BOUREIMA

Mon projet personnel traite  de la mise en œuvre d’une approche dénommée « Analyse Participative de Vulnérabilité et d’Adaptation au Changement Climatique » (APVACC), qui a été mise en œuvre dans le village de Tigo Zéno. Elle a permis à cette communauté de faire l’examen de sa vulnérabilité, d’identifier les connaissances locales et mesures adaptatives et d’établir des plans d’actions.

Developpement de la rizipisciculture: alternatives d'attenuation et d'adaptation aux changements climatiques dans le système de production aquacole (Auteur Alhassane Dit Sandy TOURE)

Parmi les dix neuf projets prioritaire du PANA la pêche constitue une d’elles ce qui traduit la pertinence de mon thème de projet de travail individuel la rizipisciculture alternative d’adaptation et d’atténuation aux changements climatiques dans les systèmes de production aquacoles.

La rizipisciculture est une technique piscicole complémentaire de la culture du riz en casier irrigué. Au regard de la dimunition drastique et de la faiblesse des captures si des alternatives ne sont pas prises l’humanité risque de connaitre un déficit de protéine animale et une perte de sa biodiversité dont la population halieutique.

Le dispositif comprend un trou à poisson ou trou à refuge, un demi-cercle ou de forme diverse géométrique qui est installé au besoin à la prise d’eau ou au centre de la parcelle. Il a une profondeur de 1 à 80cm et un rayon de 7m, c’est à ce niveau que l’on effectue la mise en charge, des tranchées constituant les voies de parcours ou de déplacement du poisson. Elles ont 80cm de largeur et 60cm de profondeur, elles permettent aux poissons de se déplacer de se mouvoir à l’aise dans toutes les directions. Elles sont implantées de façon transversale, longitudinale tout autour du périmètre. Elles constituent 21 voies de parcours ou déplacement des poissons dans tous les sens. Les alevins sont introduits à 20 g et l’alimentation est constituée de 60% de farine basse de riz, 10% de son de maïs,10% de tourteau et 20% farine de poisson et une  fertilisation à partir d’une compostière. .

Niger

Le Niger pays enclavé, situé au milieu du Sahel couvre une superficie de 1.267.000 km2,  dont les ¾ sont dans le Sahara.  Le Plan National d’Adaptation et Atténuation (PANA) a permis de définir et de cerner les aspects suivants des changements climatiques : Les risques climatiques ; Les secteurs, les communautés et les zones les plus vulnérables ; Les mesures d’adaptation et les besoins prioritaires de ces secteurs, communautés et zones.

Analyse Participative de Vulnérabilité et d’Adaptation au Changement Climatique - Cas du village Tigo Zéno (Auteur: Moussa BOUREIMA)

Mon projet personnel traite de la mise en œuvre d’une approche dénommée « Analyse Participative de Vulnérabilité et d’Adaptation au Changement Climatique » (APVACC), qui a été mise en œuvre dans le village de Tigo Zéno. Elle a permis à cette communauté de faire l’examen de sa vulnérabilité, d’identifier les connaissances locales et mesures adaptatives et d’établir des plans d’actions.

Sénégal

Situé à l’extrême ouest du continent africain  entre 12,5 et 16,5 degrés de latitude Nord, le Sénégal, comme tous les pays sahéliens est frappé en plein fouet par les conséquences des Changements Climatiques qui sont des sources de perturbations économiques et écologiques et qui dégradent les conditions de vie des populations. Des programmes favorables à l’accroissement des capacités réelles sont adoptés pour mieux faire face aux variabilités climatiques, encore difficilement prévisibles. Ces programmes contribuent, non seulement, à la lutte contre la dégradation des ressources, mais également, au renforcement des capacités pour l’amélioration des sources de revenu.

PANA Sénégal

Site du OMVS

Analyse des impacts du changements climatiques sur le réseau hydrogéographique du bassin du fleuve Sénégal: cas du haut bassin (Auteur: Dior DIALLO)

Le projet de travail individuel a pour objectif principal d’analyser les impacts potentiels des changements climatiques sur le réseau hydrographique du bassin du fleuve Sénégal en particulier du haut bassin. L’application du modèle GR2M  montre les impacts potentiels d’un changement climatique sur l’évolution future des ressources en haut du haut bassin. Il apparaît ainsi que le sud du bassin présente les excédents les plus forts durant les périodes excédentaires, mais aussi les déficits les plus élevés en périodes déficitaires.

Togo

Situé sur la côte du golfe de guinée en Afrique de l’ouest, le Togo couvre une superficie de 56.600 km2. Sa population est de 5 753 324 habitants en 2010. Le PIB par habitant est de 900 $US. Il est limité au sud par l’Océan atlantique, au nord par le Burkina Faso, à l’est par le Bénin et à l’ouest par le Ghana. Le pays est sous l’influence de deux grands régimes climatiques :

- le régime tropical soudanien au nord avec une saison pluvieuse qui va de Mai à Octobre et une saison sèche de Novembre à Avril. Dans cette zone la pluviométrie varie de 900 à 1100 mm par an, avec une température moyenne de 28°C

- le régime tropical guinéen au sud caractérisé par deux saisons sèches et deux saisons pluvieuses de durées inégales avec une pluviométrie se situant entre 1000 et 1600 mm/an et une température moyenne de 27°C.

Les manifestations les plus visibles de la dégradation de l’environnement sont : l’assèchement du climat, le recul du couvert forestier, l’extension de l’érosion sous toutes ses formes et en tout lieu, en particulier sur les côtes du Golfe de Guinée, le comblement des plans et cours d’eau, la salinisation de la nappe du continental terminal du bassin sédimentaire côtier, la baisse généralisée de la qualité des eaux, la perte de la fertilité des sols, la baisse de la capacité de régénération halieutique des plans et cours d’eau du pays, la recrudescence des maladies, des désastres et catastrophes naturels.

PANA Togo

Promotion de l'utilisation du gaz butane comme source d'énergie domestique dans la ville de Lomé (Auteur: Méry YAOU)

Le présent  projet sur la «promotion de l'utilisation du gaz butane comme source d'énergie domestique dans la ville de Lomé» élaboré dans le cadre de la formation de l’ASDI/SMHI sur les changements climatiques (Atténuation/ Adaptation) veut contribuer à la gestion durable des ressources forestières en réduisant  la pression humaine. Le projet a été réalisé à Lomé la capitale du Togo. Le choix de la ville de Lomé a été motivé par le fait que ce sont les grandes villes qui sont les plus consommatrices de charbon de bois alors que la carbonisation demande une quantité énorme de bois. En plus en ville et surtout à Lomé la majorité des ménages dispose d’un revenu moyen pouvant leur  permettre d’acquérir les équipements à gaz.

Impacts des changements climatiques sur le rendement d’exploitation des ressources en eau: Cas de la Société Togolaise des Eaux/Direction Régionale Lomé (Auteur: Soulémana Hamissou DJIBRIL)

Les ressources financières de la Société Togolaise des Eaux (TdE) proviennent principalement de la vente d’eau potable à la population togolaise. Face à ce constat, la Société doit se préoccuper des impacts des Changements Climatiques qui peuvent faire baisser son rendement. Parmi les impacts recensés on peut citer entre autres : (i) diminution des ressources en eau exploitées, (ii) les inondations des sites, (iii) la salinisation des eaux exploitées. C’est dans le but de trouver des stratégies d’adaptation et d’atténuation que j’ai développé le sujet dans le cadre du Programme Changements Climatiques 2011 dont le thème est : «Impacts des changements climatiques sur le rendement d’exploitation des ressources en eau: Cas de la Société Togolaise des Eaux/Direction Régionale Lomé».

Gestion durable des énergies traditionnelles (charbon de bois et bois de chauffe) au tour de la forêt classée de Malfakassa au Nord-Togo (Auteur: Adom COZI)

Ce projet individuel vise à améliorer les connaissances sur les changements climatiques et la gestion des ressources forestières afin de satisfaire les besoins des populations en bois-énergie.  Spécifiquement, il vise à : (i) Faire un diagnostic participatif des pratiques endogènes relatives à l’utilisation durable des énergies traditionnelles ; (ii) Analyser la perception locale des populations sur le changement climatique ; (ii) Déterminer de façon participative des mesures d’adaptation aux effets du changement climatique.

Further resources

Related Pages (English)

Country Overviews:

Burkina Faso

Mali

Niger

Senegal